CR 7ème rencontre des créateurs de jeu en Suisse. Deuxième partie.

rencontre1 CR 7ème rencontre des créateurs de jeu en Suisse. Deuxième partie.

En route vers la Tour de Peilz

Samedi 07 mai, 9h30, je me dirige d’un pas décidé vers le musée du jeu de la Tour de Peilz. Je profite du calme matinal au bord du lac.

A l’entrée du musée une case de monopoly géante au sol.

rencontre21 300x170 CR 7ème rencontre des créateurs de jeu en Suisse. Deuxième partie.

“Prélève FR. 4000.___ de salaire en passant. “^^
On est dans l’ambiance, pas de doute.

Une fois au musée, je patiente le temps que cela ouvre puis je finalise mon inscription et je profite du temps qu’il me reste pour visiter le musée.

Au final assez petit, le musée possède quand même de belles pièces. C’est un vrai voyage à travers les âges qui nous est proposé. Le musée possède une boutique garnie et une salle pour tester les jeux.

Cette fois c’est partie, la rencontre se déroule au rez de chaussée, sous le musée, dans 2 grandes salles. Je croise quelques auteurs ainsi que Sébastien de Game Works.
Je m’installe sur une table libre et je commence à sortir mes protos.
Je présente Battle Stone (qui prend la moitié de la table avec son nouveau plateau), Frenzy Color et Oportunis.

Premier test = Battle Stone avec l’un des fondateurs de FluoGames une société d’édition qui a été créé pour faire l’auto édition de Color Warz. Ce test est très instructif, la partie se déroule bien, c’est fluide. Le debriefing est quand à lui très constructif, on discute longuement sur les phases du jeu qui semblent un peu plus moles, sur la frustration de ne pas savoir quoi faire de ses ouvriers vers la fin de partie, la réflexion m’amène de nouvelles idées pour dynamiser un peu tout ça. En parallèle, on discute aussi des difficultés à éditer un jeu comme Battle-stone, à cause de son matériel. La matinée se finie sur l’explication des règles de frenzy color, il est déjà plus de 13 heures, je n’ai pas vu le temps passer. Je me rend compte que présenter un jeu comme battle stone occulte énormément les autres jeux qui sont plus petits. Je décide donc de ranger Battle Stone, pour pouvoir présenter mes autres protos.

Retour du repas, je demande à Matthieu d’Epenoux de chez Cocktail Games de venir tester Frenzy color. J’ai à peine le temps de lui expliquer les règles que la conférence de l’après midi commence. Au programme : l’intervention de 2 personnes qui travaillent pour le Spiel, le prix de référence en Allemagne. Le premier nous parle du Spiel Enfant, de l’intérêt de créer des jeux pour enfants et de ce qui est, pour lui, indispensable pour créer un jeu pour enfants à succès. Ensuite, on nous présente un nouveau prix, le Spiel pour les joueurs avertis, de couleur graphite, il est là pour protéger le Spiel rouge qui a connu quelques déboires suite à son attribution à des jeux pas forcément grand public (exemple : Dominion). Le spiel graphite est une évolution liée à l’évolution du marché.

Après la conférence, je retourne à ma table pour présenter Frenzy Color à Matthieu. Il m’annonce en premier lieu que si j’ai 4 règles pour mon jeu c’est que je n’ai pas su trouver la meilleure et que cela sera difficile aussi pour un vendeur de jeux de vendre un jeu avec 4 règles différentes. Je propose de jouer à la règle l’assemblée qui me semble être celle qui colle le mieux à la ligne éditrice de Cocktail Games. Nous jouons avec Céline mon épouse et Marc un auteur qui nous a rejoint à la table. La partie se déroule pas mal, même si le coté peu intuitif de la pose des cartes (que l’on m’a déjà remonté) refait surface, et cela malgré les cartes d’aide. Matthieu m’explique que le jeu n’est pas assez “Ambiance” pour lui. Nous discutons du travail de Cocktail Games, de la ligne éditrice et j’apprends pas mal de choses. J’ai trouvé cet entretien très instructif et très convivial, Matthieu est quelqu’un de très ouvert, et j’ai vraiment envie de travailler avec lui (à moi de créer un jeu qui lui corresponde).
Après le test de Frenzy Color, Matthieu me propose de tester Oportunis. Nous faisons une partie à 4, toujours avec les mêmes joueurs. La partie se passe très bien, c’est fluide, il y a des alliances, des trahisons… Au final Oportunis rencontre plus de succès que Frenzy color.

Pour la fin de journée, nous nous retrouvons tous dans une pizzéria au bord du lac. J’arrive en dernier et je me retrouve en bout de table avec les 2 compères de chez Fluogames. Ca discute en anglais car nous partageons la table avec un allemand de chez Ravensburger et un suisse allemand. Cela nous permet de parler un peu de la grande distribution et des choix chez Ravensburger. Je parle internet et coût de production avec Fluogames. Bref un repas très instructif.

La soirée se poursuit en Off chez Sébastien Pauchon. Petite discussion, dans le jardin, sur le prix de Boulogne Billancourt, puisque les personnes en charge des sélections sont présentes. Cela m’a permis d’apprendre qu’ils ne regardent que les règles, et que ce qu’il y a autour, ils n’ont pas le temps de le regarder. Je sais donc maintenant qu’il vaut mieux faire des règles bien illustrées. Je rentre à l’intérieur pour découvrir une vraie caverne d’Ali baba, les murs sont recouverts d’étagères pleines de jeux, c’est la folie. Bruno Faidutti propose une partie d’Ave César, un jeu de course de chars. Je me joins aux joueurs et nous passons un agréable moment à nous bloquer les uns les autres.
En fin de soirée j’ai pu tester la version carte de Color Warz, j’ai passé un bon moment, ça tourne bien, les illustrations sont superbes et en plus pour ne rien gâcher j’ai gagné icon wink CR 7ème rencontre des créateurs de jeu en Suisse. Deuxième partie.

Dimanche on avait un petit déjeuner organisé au musée. L’occasion encore une fois de discuter avec des auteurs. Une fois la collation terminée, je teste la version plateau de color warz. Le jeu est stratégique mais simple d’accès, la scénarisation des parties ouvrent des possibilités de rejouabilité infinies. Après ces deux premières parties d’initiation, je suis impatient que le jeu sorte pour pouvoir l’acheter.

J’ai réussi durant la journée à présenter Frenzy Color à Sebastien et Malcolm de chez Game Works. Commentaire sur le principe du jeu avec 4 règles complètements différentes = Encore une fois, pour Sébastien c’est une mauvaise idée, cela n’aide pas à l’identification du jeu. Pour lui un jeu = 1 règle avec 1 matos, il peut y avoir des variantes mais pas des règles différentes.

Je lance petite partie de l’assemblée avec mon épouse et un auteur dont j’ai malheureusement oublié le prénom (houuuuu). Je reste en observateur.

rencontre3 CR 7ème rencontre des créateurs de jeu en Suisse. Deuxième partie.

rencontre4 CR 7ème rencontre des créateurs de jeu en Suisse. Deuxième partie.

La partie rencontre les problèmes habituels, la difficulté à savoir quelle carte jouer lorsqu’il y a une carte baston de posée.

Nous enchaînons avec la règle de la grande concertation. La partie n’arrive pas à décoller, Sébastien et Malcolm restent très dubitatifs. Retour à chaud, pour Sébastien on subit le jeu, en gros à chaque fois que l’on joue c’est “Tu peux prendre 100 balles, 30 balles ou 10 balles, si 100 balles est dispo, ben je le prends, sinon je prends 30 et au pire je prends 10 !”
Le coup de la construction en domino ne l’a pas convaincu car pour lui il n’y a pas de possibilité de construire des choses, avec du blocage etc….
Pour finir suite à ces deux parties Sébastien me conseille de me recentrer sur les jeux 1 par 1 plutôt que je m’éparpiller sur 4 règles différentes. Et surtout de garder le thème pour un jeu mais de l’abandonner pour les autres pour que je ne retrouve pas limité par le thème.

Je fini la journée sur une petite partie de la guerre des médias avec deux auteurs dont 1 Italien.

rencontre5 CR 7ème rencontre des créateurs de jeu en Suisse. Deuxième partie.

Et je me rends compte qu’il faut que je change quelque chose au niveau de la découverte des leader, car cela fait déjà plusieurs parties auxquelles je joue où les leaders sont assez vite découverts ce qui écourte beaucoup la partie.

Puis par la présentation de Battle Stone à un collègue auteur.

Pour conclure :
Cette rencontre des créateurs en Suisse est vraiment un événement très bien organisé et très convivial. J’y ai rencontré pleins de gens très intéressants. Grâce aux commentaires et aux critiques, très objectifs, j’ai pu me recentrer sur mon travail d’auteur et me donner de nouveaux objectifs.
Le Week-End est très court, je regrette de ne pas avoir pu tester plus de prototypes, de ne pas avoir pu discuter ou présenter mes protos à certaines personnes, comme par exemple Bruno Cathala.
En tout cas, je compte bien revenir l’année prochaine à la 8ème rencontre.

About ZeBlate

Créatif et passionné convulsif, j'ai toujours 1000 idées en tête ! Concepteur de jeu en ce moment, et j'espère édité un jour. Web Designer à mes heures,Web Master quand je veux et chef de projet web...
This entry was posted in Accueil and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.